Twitter : le service de microblogging peut-il percer en France ?

Ah twitter… y a ceux qui y croient (cf. Twitter réalise une nouvelle levée de fond), ceux qui y voient un outil révolutionnaire (cf. A twitter revolution ?), ceux qui surfent sur la vague sans vouloir en avoir l’air (cf. Pourquoi nous écrivons souvent sur Twitter et nous continueront de le faire et cet artice ;-) , ceux qui l’utilisent sans y déceler un potentiel extra-ordinaire (cf. Pourquoi Twitter ne va pas révolutionner la face du monde)…le moins que l’on puisse dire, c’est que le service de microblogging fait plus que gazouiller* à travers le monde.

Personnellement, j’y suis inscrit depuis plus d’un an et je m’en sers finalement très peu. Du coup, un peu comme tout le monde, je me demande si les conditions du succès sont réunis en France. Voici les raisons pour lesquelles je pense que Twitter aura du mal à décoller en France sans une évolution significative.

Pas localisé.
Twitter n’est pas encore localisé et donc, à l’instar de Facebook il y a quelques mois, le service est encore peu populaire en France alors qu’il est davantage aux US (en même temps c’est jamais que 5 millions d’utilisateurs sur une population de 260 millions d’américains…).
La problématique de localisation n’est pas la même. En effet, la difficulté n’est pas tant de traduire la page principale de Twitter mais plutôt de s’assurer que la playade de services qui s’appuient sur Twitter sera également localisée. C’est donc tout l’écosystème de Twitter qui devra être localisé.

Un seul flux conversationnel pour des réseaux très différents.
Autant mon réseau d’amis blogueurs utilisent Twitter tous les jours, autant mes amis et mes proches -sans doute en partie pour la raison évoquée ci-dessus- n’ont pas adopté Twitter. Du coup, Twitter est davantage un outil de « travail » plutôt qu’un outil de communication avec mes amis.
Si demain, Twitter était utilisé par mes amis, je me demande s’il serait intéressé de recevoir des liens vers des articles que j’ai lu (une bande d’amis ne partagent pas nécessairement les même passions à 100%). Posez-vous la question par exemple de savoir si tous vos amis sont des geeks ?
A l’instar des groupes d’amis sur Facebook, je crois que Twitter va devoir offrir la possibilité de créer des groupes de followers. A défaut de savoir qui vous suit, vous pourrez au moins choisir à qui vous proposer d’aller boire un verre ;-).

Plus compliqué que Facebook.

Les usages de Twitter ne sont pas évidents de prime abord. Autant, partager ses photos sur Facebook est une évidence car on le fait depuis toujours.C’est juste l’outil qui a évolué (rappellez-vous la lente évolution tirage papier> CD > Clé USB > Facebook).
Autant, partager ses lectures sur Twitter n’est pas une démarche calqué du monde réel (Ca vous arrive souvent de déchirer un article de journal pour le donner à un ami ?). Comprendre l’intérêt de diffuser un message a des personnes que l’on ne connait pas forcément évident pour tout à chacun.

En France, Twitter a gardé la contrainte du SMS sans les bénéfices.
Au lancement de Twitter, on pouvait recevoir par SMS les twittes de ses followers. Aucun accord avec les opérateurs ayant été trouvé, Twitter a gardé une contrainte forte 140 caractères (certains diront que c’est sa force) mais le bénéfice de l’instantanéité a disparu en situation de mobilité.

Quelques concurrents bien installés
Enfin , je pense que LiveMessenger, FaceBook et le SMS sont de sérieux concurrents pour Twitter. En effet, chacun de ses outils permettent ce que permet Twitter : la conversation. Bien sur, Twitter et sa multitude de services (via son API) permettent bien plus que la conversation…mais bon c’est bien pour les geeks, les internautes de la première heure. M toutlemonde ne sera pas quoi faire de ses services.

Conclusion
Je pense qu’en l’état, les conditions de succés de Twitter ne sont pas réunis en France. Je ne crois pas que les consommateurs vont s’emparer naturellement de Twitter car ils n’y voient pas de bénéfices nouveaux. Cependant, je crois que l’impulsion pourrait être donné par les entreprises si elles utilisent Twitter pour ajouter des services à valeur ajouté pour leur clients via Twitter (par exemple faire de Twitter une newsletter, alerting, etc.). Pour ce faire, il faudra que le modèle économique que Twitter finira bien par dévoiler aille dans ce sens.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

*pour ceux qui ne le sauraient pas encore, to twit signifie gazouiller.

[maj] : quelques solutions pour créer des groupes [en]

Publié par

Jean-Dimitri

Créateur de goopple.fr , Jean-Dimitri est un passionné des usages digitaux. Responsable Innovation, il intervient également pour l'ISTC et l'IAE de Lille. En savoir plus sur Jean-Dimitri.

Une réflexion au sujet de « Twitter : le service de microblogging peut-il percer en France ? »

  1. Même si je suis un utilisateur régulier de Twitter, je pense que l’usage (microblogging) est pertinent et va fortement se développer… par contre je doute que Twitter soit l’outil qui tire le mieux son épingle du jeu notamment à cause de la concurrence nouvelle de Facebook. Plus de détails dans « Les 5 raisons pour lesquelles Twitter ne deviendra jamais grand public » (http://cdeniaud.canalblog.com/archives/2009/02/10/12441282.html)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *