Mon avis sur l’iPad après 48h : assurement magique mais perfectible

Voilà 48h que j’ai reçu mon iPad et vous vous doutez bien que je l’ai utilisé intensément. Utilisé le mot « Magique » à propos de l’iPad n’est pas un abus marketing de la part d’Apple. C’est bien le mot qui vient  l’esprit lorsqu’on utilise l’iPad. Cependant, le spectacle du bon magicien Jobs reste perfectible !

Tour de passe-passe entre iPad et iTunes

À l’instar de l’iPhone, la première synchronisation avec iTunes a été assez longue et comporte plusieurs phases. Par exemple, pour gagner de l’espace de stockage, les photos sont optimisées ce qui peut durer un certain temps.
A noter qu’une connection internet est indispensable à la première synchronisation ainsi qu’un Mac sous Léopard (10.5) ou supérieur (ou un PC avec XP SP3 minimum).

Pas d’effets de manche.

En optant pour le design, Apple livre une tablette au touché agréable, épurée de tout bouton superflux. La sobriété de l’iPad en fait un objet que j’ai plaisir à regarder et à manipuler. Contrairement à ce que j’ai pu lire par ailleurs, je n’ai pas souffert du poids de l’iPad. Cependant, j’ai souvent eu tendance à l’utiliser naturellement posé à plat ou sur la tranche. La prise en main et l’utilisation sont extra-ordinairement simple. Un petit détail me chiffonne, c’est que le bouton de réglage du son ne s’ajuste pas en fonction qu’il soit placé en haut, en bas ou sur le côte. Ce qui fait que dans un cas sur deux, il faut appuyer sur la droite (ou en haut) pour baisser le volume…(Jonathan, qu’as-tu fait de ton soucis des détails ?)

Le clavier enchanté.

Le clavier virtuel est, de mon point de vue, la meilleure surprise de l’iPad. C’est une réussite totale, particulièrement en mode horizontale. En vrai dactylo ;-), j’ai l’habitude de ne pas regarder le clavier pour frapper,  et cela ne m’a posé aucun problème sur l’iPad. Le bon truc est de placer correctement vos doigts à chaque apparition du clavier. Aussi, lorsque les applications professionnelles (à l’image de la version iPad d’evernote) auront été adaptées à l’iPad, aucun doute que l’iPad rivalisera sans problème avec les netbooks.

La grande illusion.

La magie de l’iPad, c’est une pléiade de raffinements qui mis bout à bout m’ont donné l’illusion de faire les choses de la meilleure façon qui soit. Par exemple, les fenêtres « Pop Over » qui se matérialisent par une bulle en surimpression sont redoutables d’efficacité. Elles sont utilisées pour afficher les menus déroulants, ouvrir une boite de dialogue (dans l’agenda par exemple), etc. Autre effet, le pincement pour ouvrir ou refermer une pile de photos est à la fois efficace et…beau ! Par contre, même si je comprends que le flash est une technologie du passé, son absence se fait cruellement sentir (sur slideshare par exemple). Mais voilà, Apple a plus d’un tour dans son iPad et l’AppStore en fait partie.

App bracadabra

L’iPad offre la possibilité d’utiliser les applications initialement destinées à l’iPhone. Cependant, cela se révèle très vite insuffisant et une version iPad est un passage obligé pour tirer toute la quintessence de la tablette. Et en un coup de baguette magique, besoin de prendre des notes ? App bracadabra, voici Evernote for iPad. Envie de communiquer sur MSN, Facebook et Skype en même temps ? App bracadabra,  IM+ for iPad est fait pour ça. Que se passe t il dans le monde, App bracadra, voici France 24 for iPad. Bref, l’AppStore dispose déjà de plusieurs milliers d’applications pour iPad et ce n’est sans doute qu’un début.

Conclusion.

Je ne suis pas sur que la firme à la Pomme est réellement créé un outil concurrent au Kindle ou un objet qui va sauver la PQN (peut être la Presse mensuelle), mais de mon humble point de vue, Apple a créé un outil qui fait complétement oublié l’informatique au profit des usages. Dommage qu’il y ait le passage obligé d’iTunes pour nous rappeler son existence. Allez, encore un petit effort, Steve, tu es sur le bon chemin.

Publié par

Jean-Dimitri

Créateur de goopple.fr , Jean-Dimitri est un passionné des usages digitaux. Responsable Innovation, il intervient également pour l'ISTC et l'IAE de Lille. En savoir plus sur Jean-Dimitri.

6 réflexions au sujet de « Mon avis sur l’iPad après 48h : assurement magique mais perfectible »

  1. Billet très intéressant. Well done.
    Par contre, tu conseilles quel modèle ?
    Un Ipad 16 Go Wifi simple pour bénéficier de l’Ipad au meilleur prix, en attendant la seconde version ?
    Je me tate réellement avec le 3G, mais je me dis que le temps que les Apps en tirent réellement profit (notamment du GPS), la V2 de l’Ipad sera là.
    Qu’en penses tu?

  2. Merci ! Alors, pour ma part j’ai pris un 32Go. mon raisonnement a été que je revendrai mieux un 32Go (qui sera devenu un standard) lorsque j’acheterai la prochaine version :-).
    Pour ce qui est de la 3G, j’avoue qu’elle me manque déjà…en même temps, j’avais pas envie de payer 30€ de plus par mois pour un abonnement…
    En ce qui concerne les applications, j’ai le sentiment que ca va aller très vite…

  3. Effectivement… Le 32 G sera l’entrée de gamme de la V2. Si on suit la logique… :-)

    Par contre, concernant la 3G, tout dépend des abonnements… Qu’est ce qui manque le plus ? La 3G ou le GPS finalement… Car on trouve de plus en plus de hotspot wifi… sauf cas de mobilité extreme non, ou l’Iphone est sans doute plus pratique…

  4. Moi, le GPS ne m’a pas manqué et à chaque fois, la fonction de localisation par réseau wifi a été suffisamment précise. Par contre, si tu souhaites l’utiliser pour faire du guidage, c’est clair que le GPS est indispensable…

  5. Pauvre en innovation.
    Je possède le premier ipad 3G/WIFI 64 Go.
    Tout d’abord emballé par la « beauté » du produit je suis très rapidement arrivé à l’évidence que l’on ne peut rien en faire.
    On s’amuse au début avec des applications un peu Geek.
    Au final le manque de connectivité (USB), l’absence du Flash, le côté propriétaire du produit sont déjà rédibitoires dans son utilité.
    Au final, pour le jeu : A part jouer à quelques « petits » jeux utilisant le giroscope, le tactile est peu précis et désagréable par rapport à une manette.
    Pour la bureautique : les outils d’apple sont jolis si vous devez faire de petits documents de bas niveau mais vous êtes extrêmement vite limité.
    Pour les instruments de musique : Les clavier de 2 octaves sont trop court, on ne sent pas les cordes de guitare et on joue 10 minutes avec les percussions. il faut bien l’avouer, on en fait vite le tour et on n’y touche plus.
    C’est cela pour tout. Vous ne pourrez télécharger et exploiter vos fichiers du WEB, vous serez bloqué sur la moitié des sites à cause du manque de flash, etc…
    Actuellement seule ma copine s’en sert pour faire quelques commandes 3 suisses…. cher la tablette pour faire cela… car cette tablette est extremement chere pour ce qu’elle fait par rapport à un ordi portable.
    800 euros pour 64 Go de RAM et une 3G ou il faut payer des abonnement super cher en France (les abonnement illimités n’existant même pas).
    l’Ipad = une belle arnaque.
    .. et au vue de ce qui est proposé pr l’ipad 2 :
    –> même gamme de prix
    –> toujours pas de flash et de connectivité
    –> moins lourd (a bah alors cela justifie que j’aille recraquer 800 euros pour 100 grammes de moins et 2 caméra (car le processeur n’en demeure pas moins à la ramasse par rapport aux pc portable.

  6. Merci pour votre commentaire.

    Je ne partage pas votre propos. Personnellement, je l’utilise de plus en plus grace aux applications que je trouve sur l’appstore.

    En ce qui me concerne, l’usb ne m’a jamais manqué !
    Le flash, c vrai que c pénible mais je remarque que de plus en plus de site se sont adaptés.

    Enfin, Pour préciser votre propos, l’ipad 1 n’a pas de gyroscope mais uniquement un accéléromètre, cela explique surement l’imprécision que vous évoquez :-)
    L’ipad 2 dispose lui d’un gyroscope 3 axes

    Le 5 mars 2011 à 10:11, « Disqus » a écrit :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *