Pourquoi Steve Jobs n’est plus indispensable au succès d’Apple.

Voilà plus de 13 ans que Steve Jobs est revenu à la tête d’Apple au bord de la faillite ! Et voilà pourquoi  je pense que Steve Jobs, grâce à lui même, n’est à mon sens plus indispensable à la bonne marche de la firme fruitière.

Steve did a good job.

Steve a fait du bon travail. Steve Jobs, visionnaire, a su redonner un élan à la firme à la Pomme et relancer l’entreprise avec le succès qu’on lui connait aujourd’hui.  Son charisme doublé de son génie ont été déterminant dans le succès de la firme. Grâce à eux,  il a pu nourrir une communauté de fan et s’appuyer sur elle pour relayer la bonne parole. Cela a été déterminant dans le succès de l’iPod qui a permis de remettre Apple dans le rang de la profitabilité, indispensable à la R&D et l’innovation.

Executive Profile like a mini-me.

Steve a compris qu’il serait difficile, pour ne pas dire impossible, de trouver un autre homme avec autant de talents et de plus son ego n’aurait pas permis d’aller dans cette voie. Par conséquent, le choix a été fait de rassembler des dirigeants qui représentent en quelques sortes un double de lui-même (au delà de son génie, il ne faut pas renier la mégalomanie du personnage ;-). Pour cela, Steve Jobs s’est entouré des meilleurs pour doubler chacun de ses talents : Jonathan Ive (Design et Vision), Philip W Schiller (Marketing & Stratégie Produit), Scott Forstall et Bertrand Serlet (Software), Bob Mansfield (Hardware) et Tim Cook (Production). Chacun a son rôle et aucun ne marche sur le territoire de l’autre. Dans ces conditions, avec ou sans Steve Jobs, Apple est en ordre de marche. Son ADN est préservé.

Avec ou sans Steve, les clients sont fidélisés (et poings liés).

L’expérience client et l’écosystème Hardware+Store (cf. Apple : le modèle Use + Design + Innovation = Success) contribuent tous les jours davantage à la fidélisation des clients Apple. Désormais, Apple dispose d’une base de clients assez importante pour lancer de nouveaux produits sans s’appuyer exclusivement sur sa communauté. Ce que je veux dire c’est que la firme de Cupertino est passée d’une communauté de fans à une communauté de clients  qui est plus attachée aux produits signés d’une Pomme qu’à la personnalité du fondateur. Il est d’ailleurs assez significatif de voir qu’Apple s’est totalement désengagé des événements de rassemblement de fans ( Apple Expo, MacWorld, etc. à l’exception notable de la conférence des développeurs) pour se concentrer sur son propre réseau d’évangélisation, les Apple Store. Dans le même esprit, les Keynotes (de Steve) sont devenus des Apple Events.

Succession bien préparée.

Depuis 2007 et le lancement de l’iPhone, Steve prépare sa succession. Je ne crois pas me tromper (mais si c’est le cas corrigez moi) en disant que c’est à partir de cette date que Steve a fait intervenir ses collaborateurs directs et ses partenaires lors des Apple Events. Il ne s’agit pas là d’un simple exercice de style mais bien de démontrer qu’à la fois Apple dispose de dirigeants de qualité et des partenariats durables.  Steve est toujours resté maître de cérémonie mais  2009 a montré que Phil ou Tim s’en sortent avec tous les honneurs…

Aussi, ma conclusion est simple, Apple a la capacité de continuer à grandir et prospérer sans Steve.

Publié par

Jean-Dimitri

Créateur de goopple.fr , Jean-Dimitri est un passionné des usages digitaux. Responsable Innovation, il intervient également pour l'ISTC et l'IAE de Lille. En savoir plus sur Jean-Dimitri.

2 réflexions au sujet de « Pourquoi Steve Jobs n’est plus indispensable au succès d’Apple. »

  1. Vu comme ça, je suis certain que cette société continuerait d’innover dans le secteur. A la seule condition que le successeur fasse rêver les clients et continuer à faire briller la lueur dans les yeux des utilisateurs du premier jour comme le fait Steve Jobs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *