7 jours avec mon Apple Watch

Voilà tout juste 7 jours que j’ai mon AppleWatch et je dois dire que je suis extrêmement satisfait de mon achat. J’avais porté mon dévolu sur la version AppleWatch Sport 42mn noire. Je vous livre ici quelques impressions.

Design parfaitement réussi. 

Tout d’abord, sur le plan esthétique, l’Apple Watch est une montre discrète. Elle n’attire pas les regards même lorsqu’elle est très visible avec un t-shirt par exemple. Je ne regrette pas mon choix sur la taille 42mn et je suis intimement convaincu que j’aurai regretté la version 38mn. 

Apple Watch au poignet sous chemise

Du point de vue de l’épaisseur, c’est une bonne surprise. Apple prouve encore une fois sa très grande maîtrise du design. Aucune photo ne reflète fidèlement l’Apple Watch. A chaque fois que j’ai montré la tocante, la réaction a toujours été la même : « elle est mieux qu’en photo ! »
Le confort du bracelet en fluo-élastomère se confirme à l’usage. En fait, on ne le sent pas. En revanche, même après 7 jours, j’ai toujours un peu de difficulté avec le clou pour fermer le bracelet et je m’interroge sur sa résistance dans le temps.
La réactivité de l’allumage de la montre quand on veut regarder l’heure ou une notification fonctionne très bien. Il n’y a quasiment pas de latence. Je dis « quasi » car dans les faits, il y en a quand même un tout petit peu par rapport à une montre qui affiche l’heure en permanence.
Enfin, j’ai noté qu’en plein soleil, il peut être un peu difficile de consulter son Apple Watch, ennuyeux !

Appairage et synchronisation. 
Cela a été tellement facile que j’ai totalement oublié comme cela s’est passé ! En gros, j’ai ouvert l’application Watch, j’ai approché ma montre et le tour était joué. Depuis la montre synchronise avec l’iPhone de façon totalement transparente.
Lorsque la montre perd le contact avec l’iPhone, elle affiche une icône téléphone barré d’un trait rouge. De même lorsque le téléphone est placé en mode avion.

Parfaite pour le sport.
Dès samedi, je suis allé courir. La consultation des performances s’avère très facile. J’ai trouvé la mesure du rythme cardiaque un peu longue, je m’attendais à une mesure plus instantanée. J’ai constaté un léger décalage entre les mesures faites par la Watch et celle faite sur l’application Runkeeper sur l’iPhone.

Notifications et coup d’œil. 
Le système de notification est époustouflant d’efficacité. Dès qu’une notification arrive sur l’Apple Watch, celle-ci « toque » sur le poignet. Une fois pour une notification d’application et deux petits coups brefs pour un sms.
Lorsque l’écran de l’iPhone est allumé, la montre ne reçoit pas les notifications. Cela permet d’éviter les doublons. Inversement, si vous ne lisez pas une notification sur la montre, celle-ci s’affiche au réveil de l’iPhone.
Concernant Coup d’œil, je l’utilise assez peu. Je ne sais pas si c’est par manque d’habitude ou pour la frustration qu’il génère. Consulter un coup d’œil sur l’actualité renvoie très souvent sur l’iPhone pour lire le reste de l’article. Au final , cela n’a pas d’intérêt. En revanche, j’apprécie de pouvoir consulter le solde et les dernières opérations de ma banque, la voiture et le siège de mon train.
Tout est donc question de paramétrage.
Paramétrage et ajout d’applications.
Voilà LE point faible de l’Apple Watch. Afin de ne pas être inondé de notifications ou tout simplement pour personnaliser sa montre, il convient de procéder à quelques réglages. Pour cela, Apple propose d’en passer par l’application Watch. Cette dernière est assez lourde à utiliser. Toutes les applications compatibles Apple Watch installées sur l’iPhone (et elles sont de plus en plus nombreuses) sont reprises dans liste classée par ordre alphabétique. Il n’est pas possible de voir dans cette liste les applications installées sur la Watch et il n’y a pas non plus de section permettant de séparer les applications installés de celles non installées.
Je pense que cette application n’a pas vocation à rester. De mon point de vue, le paramétrage doit réintégrer le menu réglages de l’iPhone…à moins qu’Apple rende l’Apple Watch autonome et indépendant de l’iPhone dès la prochaine génération.
Autonomie et recharge
La batterie est une bonne surprise. J’ai enlevé de mon cadran l’indicateur d’autonomie car je n’ai pas terminé une seule journée en dessous des 50% de charge restante. Cela dit pour être honnête, j’ai triché le jour où je suis allé courir car j’ai remis la montre en charge pendant la douche. Durant les 45mn de courses, elle avait perdu 30%.
La recharge n’est pas pénible. Je ne dormais pas avec ma montre, je ne dors pas non plus avec ma Watch. L’habitude a donc été vite prise au moment de la retirer de poser le chargeur à l’arrière. L’induction y est pour beaucoup car cela ne demande aucun effort.
Conclusion
Je crois au potentiel de l’Apple Watch qui préfigure sans doute ce qui succédera à nos smartphones dans les 5 à 10 prochaines années. Apple a déjà accompli un formidable travail mais il ne s’agit que d’une première version à la fois de son design et de son Watch OS. Avec la miniaturisation continue des processeurs, la baisse drastique de la consommation d’énergie, il reste une grande marge de manœuvre pour faire progresser cette montre.
Alors est-ce que les utilisateurs renouvelleront leur montre aussi souvent que leur smartphone ? Probablement pas. En revanche, je crois que  les utilisateurs garderont leur smartphone plus longtemps et renouveleront leur montre plus fréquemment.

Publié par

Jean-Dimitri

Créateur de goopple.fr , Jean-Dimitri est un passionné des usages digitaux. Responsable Innovation, il intervient également pour l'ISTC et l'IAE de Lille. En savoir plus sur Jean-Dimitri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *